Connect
To Top

[Témoignages]. Trois questions à … Sarah Issouf

Après avoir publié un article consacré aux difficultés rencontrées par les mères célibataires, Sarah Issouf, spécialiste de l’écoute humaine et de la souffrance psychique, répond à trois questions sur son rôle primordial de mère. Édifiant.

Sarah, trouvez-vous difficile d’être mère, surtout en famille monoparentale?

Dans la vie, il n’y a rien de facile. Même en étant dans une famille biparentale, on a nos lots de difficultés car être parents est en vérité le métier le plus difficile. Avoir des enfants, c’est une grande responsabilité et on est lié à vie à nos enfants. Ce n’est pas un CDD ni un CDI de 35 ou 39 heures. On doit être présent 24/24 h, 7/7 j pour veiller à leur bien-être. Et quand on élève seul nos enfants, la tâche peut paraître plus dure ou pas. Car tout est une question d’organisation et la manière dont on s’y prend. Quelle éducation, quelles valeurs nous souhaitons transmettre à nos enfants ?

Parfois même les couples ont du mal avec leurs enfants car ils ne s’entendent pas sur la façon de les éduquer. Un enfant a surtout besoin d’un environnement sain, d’amour et un foyer qui le rassure, qui l’aide à devenir un adulte serein et responsable face aux difficultés de la vie quotidienne. Il a certes besoins d’identifications parentaux, mais il ne faut pas rester en couple sous le prétexte qu’on a un enfant avec une personne surtout s’il n’y a plus d’amour. Il faut être honnête avec son enfant et lui dire les choses : “Ce n’est pas parce que je ne vis pas avec ton père qu’il ne fera pas parti de ta vie. Il sera là pour toi et on t’aime autant, chacun à sa manière. Mais tu sais les relations entre les adultes sont parfois compliquées. Un jour quand tu seras grand tu comprendras tout cela encore mieux.”

Quel type de mère êtes vous ?

Je suis une mère aimante et compréhensive tout simplement. J’essaie d’écouter mon fils et de l’aider à avancer dans sa vie en le responsabilisant et en le faisant devenir autonome. Je suis très complice avec lui et on partage beaucoup de choses et pour rien au monde il aimerait avoir une autre mère, je semble lui suffire et me voue un amour grandiose.

Vous êtes un modèle pour certains d’entre-nous ?

Je ne cherche pas à être un exemple. Chacun de nous est ce qu’il est. On est des êtres uniques. On peut tous élever nos enfants en couple ou pas et leur assurer un bel avenir. Car ce dont ils ont besoin en premier lieu, c’est de notre amour. Beaucoup souffrent aujourd’hui de pas avoir ressenti l’affection de leurs parents et cela peut créer des dégâts psychiques parfois insurmontables. Ce sont ce qu’on appelle: “les enfants malades de leurs parents”, ceux qui ont vécus des carences affectives qui les auraient marquées à vie.

Ne soyons pas des “parents parfaits “, ça existe pas ! Soyons juste des parents suffisamment “bons” pour nos enfants comme le disait Donald Winnicott, pédopsychiatre et psychanalyste britannique.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 + 28 =


More in Témoignages

News People d'ici et d'ailleurs. Mode, Tendance, Divertissement

Facebook ShongaPeople

Abonnez-vous à notre newsletter

©2018 ShongaPeople. Conception-Réalisation by Kaya.